Témoignages

Pages : 12345

Les collaborateurs du groupement d'employeurs Helys parlent de leurs expériences du temps de travail partagé


Slack ? La toile d'Hélys ? L'avis de Sophie

A Hélys, comme l’explique Sophie RONSIN, nous avons mis en place un réseau social collaboratif depuis 1 an. Nous avons fait appel à Gaël TOURNESAC qui s’est spécialisé dans l’accompagnement des entreprises face aux enjeux organisationnels et relationnels internes liés au numérique. Depuis 1 an, toute la Communauté de Collaborateurs partagés d’Hélys, soit 65 collaborateurs, est connectée à cet outil et discute de manière spontanée pour échanger ses pratiques, poser ou répondre aux questions des collègues. Un mode conversationnel qui plaît aux salariés. L’entreprise y trouve aussi son intérêt car chaque salarié devient plus efficace en ayant accès à de l’information personnalisée.

La deuxième étape de ce projet nommé la Toile d’Hélys est la mise en relation de la Communauté des Dirigeants Adhérents d’Hélys. Lors d’un atelier d’Hélys, Claire VALLEE, dirigeante de MENSA, témoigne de ce qu’elle a mis en place dans son entreprise grâce à la Toile d’Hélys.

« MENSA est un organisme de formation qui communique régulièrement avec ses stagiaires, ses référents, ses formateurs en plus de ses clients et collaborateurs. Nous avons mis en place dans un premier temps l’outil slack en interne avec comme règle de supprimer les mails entre les 7 permanents. L’équipe MENSA a adopté l’outil sans trop de difficultés, qui a vite montré son efficacité ».

La deuxième étape a consisté à ouvrir un autre accès slack pour les stagiaires : « Le groupe de stagiaires qui utilisent la formation à distance s’est très rapidement approprié l’outil slack. Il permet de communiquer, de téléphoner et d’envoyer les documents et donc d’avoir des réponses instantanément. »

Claire VALLEE avoue qu’elle a parfois du mal à convaincre certaines personnes à l’utiliser. « Elles expriment leur méfiance ou leurs peurs envers l’outil sans parfois trop savoir les expliquer. ». Gaël TOURNESAC répond à cela qu’il faut les écouter et les laisser appréhender l’outil sans brusquer. Les freins s’estompent alors petit à petit. C’est juste une question de temps !


Partagez l’info :